Lors du « Printemps arabe » de 2011, un mouvement pacifiste contestataire s’est développé à Daraya dans la banlieue de Damas. Pendant la guerre civile qui a suivi, un mouvement de résistance pacifique, face à l’ignorance imposée par la dictature, est né. Des jeunes ont recueilli, sous les décombres des immeubles, des livres et les ont réunis dans un sous-sol, protégé des bombardements. Ces livres ont été classés. Un règlement est élaboré pour que le lieu devienne accessible aux habitants du quartier, sous blocus de l’armée syrienne. Des débats et des conférences dynamisent le lieu et animent une vie intellectuelle, philosophique et politique dans un contexte où les participants manquent de tous les biens matériels essentiels.
Le témoignage de Delphine Minoui, grand reporter au Figaro, ne témoigne pas seulement de la vie quotidienne de ces quelques jeunes syriens, mais engage une réflexion sur le sens d’une bibliothèque. Ici la lecture est une fenêtre ouverte vers le monde qui nourrit la connaissance de soi-même, des autres, de l’organisation de la société. Comme ne pas penser à l’œuvre de Ray Brandbury, Fahrenheit 451. Une belle leçon de démocratie où les citoyens participent par l’enrichissement de leur esprit critique à la vie politique...

Benoit

Liste
Réserver